L’événement “L’Employé Augmenté” avait pour objectif de donner une vue d’ensemble sur les technologies qui constituent la 4e révolution industrielle, en focalisant sur 3 briques technologiques :

• l’IA (Intelligence Artificielle),
• l’IoT (Internet of Things),
• les systèmes immersifs (RA/RV/RM).

Le but était de montrer comment l’emploi raisonné de ces outils renforce les compétences, la productivité et la capacité décisionnelle des employés, tout en leur économisant de nombreuses tâches répétitives.

L’événement fut également l’occasion de sonder les participants quant à leur compréhension de ces technologies, les défis rencontrés et l’application qu’ils en font, ou pourraient en faire, au sein de leurs entreprises.

Après un aperçu d’HEPIA (Haute école du paysage, d’ingénierie et d’architecture de Genève), le prof. Nabil Abdennadher a présenté les activités de recherche d’inIT – institut d’ingénierie informatique et des télécommunications autour de 4 axes :

• les systèmes embarqués,
• les réseaux et transmission de données,
• le stockage, traitement et interprétation de données,
• les interfaces intelligentes et interaction.

Prof. Yassin Rekik a ensuite mis l’accent sur les interfaces intelligentes, les technologies immersives, “gamification” et “natural user interactions” qui, avec la voix, la gestuelle et le tactile ont permis de minimiser, voire casser, la barrière des limites sensorielles et cognitives, d’espace et de temps, entre l’homme et la machine. Les nouvelles technologies toujours plus connectées et intelligentes ont bouleversé l’industrie et nous ne sommes qu’au début d’un processus qui deviendra de plus en plus complexe. Et s’il est vrai que beaucoup de métiers disparaîtront, de nouveaux métiers apparaissent déjà tels que le spécialiste en crowdfunding, l’imprimeur 3D ou encore le pilote de drones. Sachant que “65% des métiers de 2050 n’existent pas encore”.

Prof. Rekik a expliqué comment la réalité augmentée couplée à l’intelligence artificielle et à l’internet des objets peut être au service des procédés industriels. En permettant toujours plus d’interaction et d’immersion, ces outils élargissent le champ d’applications possibles.

Ces technologies ont déjà fait leur preuve aujourd’hui dans de nombreux secteurs (santé, ingénierie, immobilier, militaire, l’éducation, construction, architecture, énergie, aviation et aérospatial, etc.) et domaines d’application (montage, maintenance, contrôle qualité, design, logistique, vente, mode de collaboration et de mise en valeur de biens et de services, etc.) en assurant gain de productivité, diminution de coûts et diminution du risque d’erreur dans la plupart des scénarios d’utilisation. Voir les exemples concrets dans la présentation du prof. Rekik.

La tendance ira en s’accélérant et selon le Goldman Sachs Global Investment Research, à l’horizon 2025 le marché total des applications VR/AR (Virtual Reality / Augmented Reality) pourrait atteindre les 35 milliards de dollars. Ainsi, il paraît primordial pour les entreprises de ne pas passer à côté de ces bouleversements en réalisant une veille technologique, en se formant, et en saisissant l’opportunité qu’offrent ces nouvelles technologies tout en s’inspirant des succès existants et en assurant l’interopérabilité et le respect des divers protocoles ou standards.

Retrouvez les présentations et quelques photos de l’événement ICI !

Par ailleurs, le GCC est à votre disposition pour vous soutenir dans vos projets. Si vous souhaitez plus de renseignements, n’hésitez pas à nous contacter.